Phlébologie Annales Vasculaires    Société Française de Phlébologie
Contact Aide

Catalogue / article

2020, 73, 4, p.47-54

DOI Ajouter au panier Ajouter au panier

Étude descriptive de l'efficacité du traitement de l'insuffisance veineuse pelvienne par embolisation de la veine gonadique gauche.

Descriptive study of the efficacy of treatment of pelvic venous insufficiency by embolisation of the left gonadal vein.

Auteurs/Authors : Carolus C., Chopinet C., Longère B., Nasserdine P.

Mots-clés : Varices pelviennes, Embolisation, Points de fuite pelvien

Keywords: Pelvic varicose veins, Embolization, Pelvic leakage points

Résumé :

Contexte : Le principal acteur de l’insuffisance veineuse pelvienne est le reflux veineux gonadique gauche.
Or, il existe la plupart du temps, d’autres points de fuite pelvien associés.
Le traitement de première intention repose sur l’embolisation de ce reflux veineux gonadique gauche.
L’objectif de cette étude est de définir s’il est suffisant de traiter ce reflux seul ou d’y associer l’embolisation des autres points de fuite.
Méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective, descriptive, monocentrique portant sur 33 patients ayant bénéficié d’une embolisation de varices pelviennes entre janvier 2019 et mars 2020.
Notre critère de jugement principal est la persistance d’autres points de fuite pelviens après embolisation de la veine gonadique gauche, selon les critères échographiques ou scannographiques.
Résultats : L’embolisation veine gonadique gauche a été réalisée chez 81,8 % des patients.
Une autre localisation d’embolisation a été réalisée pour 36,4 % des patients.
Parmi ces patients, 5 ont eu une embolisation sur un autre point que la veine gonadique gauche et 7 ont eu deux embolisations (gonadique gauche + autre point de fuite).
Au contrôle échographique et/ou scannographique à 3 mois, il persistait des points de fuite chez 72,7 % des patients.

Une embolisation secondaire a été nécessaire pour 33,3 %.
Conclusion : D’après notre étude, le traitement seul de la veine gonadique gauche est insuffisant.
Il s’agit de traiter en association les autres points de fuite pelvien associés.

Summary :

Background: The main player in pelvic venous insufficiency is left vein-gonadal reflux.
But most of the time, there are other associated pelvic leak points.
The first-line treatment is based on embolization of this left veino-gonadal reflux.
The objective of this study is to determine whether it is sufficient to treat this reflux alone or to combine it with embolization of other leak points.
Methods: This is a retrospective, descriptive, single-center study of 33 patients who underwent pelvic varicose vein embolization between January 2019 and March 2020.
Our primary endpoint is the persistence of other pelvic leak points afterembolization of the left gonadal vein, according to ultrasound or phleboscannographic criteria.

Results: Left gonadal vein embolization was performed in 81.8% of patients.
Another localization of embolization was performed for 36.4% of patients.
Of these patients, 5 had an embolization at a point other than the left gonadal vein and 7 had two embolizations (left gonadal + other leak point).
On ultrasound and/or phleboscannographic control at 3 months, leak points persisted in 72.7% of patients.
Secondary embolization was required for 33.3%.

Conclusion: According to our study, treatment of the left gonadal vein alone is insufficient.
This involves treating the other associated pelvic leak points in combination.

COPYRIGHT
Aucun article ou résumé de ce site ne peut être reproduit sous forme d'imprimé, photocopie, microfilm ou par tout aute procédé sans l'autorisation expresse des auteurs et de l'éditeur.
No article or abstract of this website may be reproduced in the form of print, photocopy, microfilm or any other means without the express permission of authors and the editor.
Éditions Phlébologiques françaises.